le_creationnisme_est_explicatif_et_scientifique

Le créationnisme est explicatif. Il est compatible («  It can accommodate » ) avec tous les résultats de l'évolution et plus encore. En particulier, cela peut aussi expliquer les résultats d'un concepteur1).

Il est amusant (ou consternant) que le créationnisme, malgré ses attaques répétées (voir ici, ici et ici) de l’évolution sur le terrain de l’épistémologie et la philosophie des sciences, ne s’en sort pas mieux sur ce terrain.

On peut résumer la méthode scientifique ainsi :

  1. on observe un phénomène → faits
  2. on élabore une théorie → explication
  3. la théorie doit pouvoir être invalidée → opposabilité
  4. on la teste et si ça marche on la valide → expérimentation
  5. on l'utilise l'explication pour d'autres phénomènes → prédictions

Les faits

En qualité de solution magique, le créationnisme est compatible avec tous les faits (voir point suivant). Mais quels sont les faits qui indiquent la création et pas autre chose ? Les équilibres ponctués ou L'explosion cambrienne ? Bien sûr que non, à moins d’être parfaitement malhonnête ou ignorant.

Le créationnisme, s’il est scientifique, devrait montrer de preuves qui indiquent une apparition soudaine d’organismes complexes (principe du scepticisme initial des faits).

Le discours créationniste n’en présente jamais, se contentant d’un accumulation de contradictions inventés qui montreraient l'erreur de la théorie de l'évolution. Mais à aucun moment, le créationnisme ne présente de preuves de SON modèle.

Même le DI, qui est sensé ne pas s’opposer aux faits réels, mais proposer d’autres explications pour ces mêmes faits, n’en propose aucune qui se base sur autre chose que sur l’argument d’incrédulité.


L’explication

Le créationnisme, au sens “Dieu l'a fait”, est compatible avec tous les faits réels. Il serait également compatible avec N’IMPORTE QUEL FAIT, même ceux n'existants pas. Être compatible est très différent d'expliquer. Une explication dit pourquoi quelque chose est d’une façon et pas d’une autre. Une théorie qui est compatible avec n’importe quoi et son contraire, est non opposable, n’explique donc rien.

Puisque le créationnisme tient compte de toutes les possibilités, il n’est pas explicatif.


La réfutabilité

De la même façon que précédemment, Dieu, comme n’importe quel agent surnaturel ou magique est par définition non-opposable. Si je lance un dé et que je tombe sur un 6, est-ce Dieu qui veut me faire gagner ? Mais quelle preuve pourrait faire dire l’inverse ?

Le créationnisme, c’est exactement comme dire que :

  • L’archéologie est fausse, c’est Dieu a construit les pyramides
  • La gravité est fausse, c’est Dieu qui tire les objets vers le bas
  • La religion est fausse, ce n’est qu’une hallucination collective
  • La bible est fausse, Jésus était un extraterrestre reptilien

Vous n’avez aucun moyen de prouver le contraire.

Pour le DI, exactement le même problème, si vous avez une solution magique qui marche à tous les coups, impossible de le réfuter.

Il y a tout de même une opposabilité possible au créationnisme, il suffit d'imaginer un modèle explicatif (ce que les créationnistes se gardent bien de faire) correspondant à leur croyances et de mettre en relation les faits. Quelque soit le modèle choisi, il sera forcément contredit (et déclaré faux) par :

  • Le registre fossile
  • L'embryologie
  • Les extinctions des espèces (pourquoi créer et détruire 99 % de son œuvre?)
  • Les mutations
  • Horloge moléculaire : pourquoi des espèces auraient les mêmes mutations ?
  • Répartition géographiques des espèces (pourquoi pas de répartition par poches isolées inexplicables?)
  • Les aller-retour évolutifs

Le DI est contredit par moins de fait, mais l'est toujours par l’existence de des systèmes sous-optimaux par exemple.

D’ailleurs la malhonnêteté (et l’aveuglement) des créationnistes est parfois manifeste sur le point de la réfutabilité. Par exemple, sur la page en question initialement, Demski associe2) l’opposabilité du DI à l’existence de systèmes irréductiblement complexes, qui ont été contredit depuis3) 4). Or, on attend encore son mea culpa et son annonce de l'erreur du DI. Ainsi, même quand ils annoncent clairement quels faits pourraient les mettre en défaut leur hypothèse, quand ces faits sont découverts, ils n'en tiennent aucun compte.


L’expérimentation

Pour le créationnisme « pur » : Attendu que les espèces sont créées et immuables, il n’y a pas d’expérimentation possible, puisque pas de phénomène (contrairement aux observations, rappelons le).

Dans le DI, version amoindrie et dissimulée du créationnisme, le phénomène étant magique, et hors de la nature, il n’y pas d’expérimentation possible. Ou alors ce serait par l’intermédiaire de quelque chose se rapprochant des test de biogenèse de Pasteur. Le probème du DI étant, bien sûr, que ces tests se sont tous révélés… négatifs. Si le DI est expérimental, il est invalidé.

Les partisans du DI disent que la conception est détectable, mais n’ont présentés aucune expérimentation, et encore moins de résultat dans ce sens, se contentant d’un argument d’incrédulité.


La prédictibilité

Même remarque sur l’expérimentation : pas de phénomènes, pas de prédictibilité.

Pour le DI, il faudrait deviner les intentions de Dieu, ce qui serait une affirmation pour le moins osée. Ou alors il faudrait que Dieu informe ses « partisans » avant : ce serait une super preuve, non seulement du DI ET de l’existence de Dieu. Mais on attend encore ce genre de nouvelles.

  • Scientisme : déformation de la méthode scientifique

1) , 2)
Dembski, William A., 2001. Is intelligent design testable? http://www.arn.org/docs/dembski/wd_isidtestable.htm
3)
Not a Free Lunch But a Box of Chocolates, A critique of William Dembski's book No Free Lunch, par Richard Wein, 2002
  • Dernière modification: 2020/01/23 10:04
  • de admin