l_agriculture_est_trop_recente

La science standard dit que les humains ont vécu comme chasseurs-cueilleurs pendant 185 000 ans avant de découvrir l'agriculture il y a moins de 10 000 ans. Il est improbable que les hommes de l'âge de pierre, aussi intelligents que nous, n'aient pas découvert comment planter des plantes vivrières aussi longtemps.1)

1. Pourquoi est-il invraisemblable que les humains aient vécu longtemps sans agriculture? L'agriculture permet des densités de population plus élevées, mais cela entraîne une dégradation générale de la qualité de la vie par rapport à celle des chasseurs-cueilleurs 2). En particulier, l’agriculture exige beaucoup plus de travail pour un régime alimentaire de qualité inférieure, moins fiable et augmente le taux de maladie. Il n'y avait aucune raison pressante d'adopter l'agriculture en premier lieu.


2. La fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 10 000 ans, pourrait avoir facilité l'origine de l'agriculture à cette époque. Le changement de climat a peut-être rendu l'agriculture possible dans plus de régions et / ou entraîné une augmentation de la population humaine qui a nécessité une agriculture durable.


3. Il est possible que l'agriculture ait été découverte à plusieurs reprises au cours des 180 000 dernières années. Les changements climatiques, même sur des périodes relativement courtes de quelques décennies, ont provoqué l'effondrement des sociétés agricoles au cours des périodes historiques et le climat a radicalement changé au cours des 180 000 dernières années. L'agriculture dans un passé lointain peut avoir disparue à plusieurs reprises.


4. L'hypothèse selon laquelle les humains n'ont pas changé d'intelligence au cours des 185 000 dernières années est difficilement prouvable et pourrait être fausse.

Une équipe de généticiens a trouvé des preuves que les cerveaux humains ont évolué de manière adaptative récemment (et pourraient encore évoluer). Deux gènes associés à la taille du cerveau ont des variants génétiques dont les fréquences élevées indiquent qu'ils se propagent sous une sélection fortement positive. Un haplotype (variante génétique) du gène de la microcéphaline est apparu il y a environ 37 000 ans (intervalle de confiance de 95% compris entre 14 000 et 60 000 ans) 3). Un haplotype ASPM est apparu il y a seulement 5800 ans (intervalle de confiance de 95% entre 500 et 14 000 ans) 4). Il convient de souligner que les effets de ces haplotypes sont actuellement inconnus ; les preuves d'une forte sélection indiquent seulement que leurs effets sont importants, que les humains ont récemment évolué d'une manière ou d'une autre. Il peut être significatif qu'ils se soient produits à peu près au même moment que l'introduction de l'homme moderne en Europe, l’origine de l'art (il y a environ 40 000 ans) et l'essor de l'agriculture et de l'écriture (il y a environ 10 000 à 6 000 ans). Il est également possible que ces gènes ne soient pas pertinents pour les origines de l'agriculture mais que d'autres le soient. Le point le plus important est qu'il existe des preuves que les humains continuent d'évoluer de manière subtile.


5. Que nous sachions ou non pourquoi les progrès technologiques n’avaient pas progressé plus tôt, les humains ont un long passé, remontant bien au-delà de 6000 ans, et nous avons de bonnes indications des niveaux de technologie au cours de cette histoire. “Je ne sais pas pourquoi cela s'est produit” ne conduit pas logiquement à “cela ne s'est pas produit”.

  • Sophisme de la solution unique
  • Méconnaissance historique
  • Claim Agriculture is too recent. - Index to Creationnist Claims, par Mark Isaak
  • Diamond, Jared. 1997. Guns, Germs, and Steel: The Fates of Human Societies. New York: Norton.

1)
Humphreys, D. Russell. 2005. Evidence for a young world. Impact 384 (June): v-vi.
2)
Diamond, Jared. 1987. The worst mistake in the history of the human race. Discover, May: 64-66. http://anthropology.lbcc.edu/handoutsdocs/mistake.pdf
3)
Evans, Patrick D. et al. 2005. Microcephalin, a gene regulating brain size, continues to evolve adaptively in humans. Science 309: 1717-1720.
4)
Mekel-Bobrov, Nitzan et al. 2005. Ongoing adaptive evolution of ASPM, a brain size determinant in Homo sapiens. Science 309: 1720-1722.
TinyURL: http://tinyurl.com/yys33e4w
  • Dernière modification: 2019/10/26 21:43
  • de kawekaweau